Milieux naturels

Préserver et accompagner la biodiversité

Eau milieu !

Savez-vous en quoi consiste l’entretien et la gestion d’un cours d’eau ? Non, il ne s’agit pas de transformer les berges en jardin public, mais de les préserver et/ou de les restaurer. Elles regorgent de richesses écologiques remarquables tant par les paysages que par la faune et flore qu’elles abritent.
Le défi relevé depuis 40 ans par Menelik et ses partenaires : concilier cette biodiversité exceptionnelle avec la vie socio-économique du territoire. Une tâche qui demande compétence et savoir-faire multiples.

Entre nécessité & renfort

En bon état, la végétation d’un cours d’eau remplit de nombreuses fonctions : elle maintient les berges, ralentit les écoulements, favorise l’épuration des eaux et offre des habitats diversifiés pour la faune et la flore.
Voilà suffisamment de raisons pour lesquelles Menelik réfléchit, programme et coordonne des travaux d’entretien et de restauration sur l’ensemble des cours d’eau du territoire.
Contribuer au bon état et au maintien des fonctions écologiques de la ripisylve est bien plus qu’un devoir, c’est une nécessité.

Qui coupe, taille, ramasse, nettoie ?

Des entreprises mandatées interviennent sous la direction de Menelik dans les secteurs définis chaque année dans le cadre d’un programme pluriannuel. Le tout scellé par un arrêté préfectoral de déclaration d’intérêt général.
Les forestiers connaissent non seulement leur métier mais répondent à un cahier des charges précis. Ils  sont supervisés par nos techniciens de rivière.

Systématique & régulier

Présence régulière sur le terrain et connaissance parfaite des cours d’eau forment un duo incontournable pour élaborer des pratiques d’intervention adaptées.

Chaque hiver et par secteur, Arc, Cadière et Touloubre, se font faire une beauté. Particulièrement en zone urbaine où les enjeux de protection sont élevés, embâcles et troncs tombés gênants sont retirés. Débroussaillement sélectif et élagage de branches complètent le tableau des actions indispensables au maintien des écoulements.

Appareils ménagers, déchets végétaux, voitures abandonnées , caddies, sacs poubelles, … c’est malheureux mais on trouve encore des détritus de toute sorte dans les rivières. Lorsqu’un désordre est constaté et quand c’est possible, le nécessaire est fait pour rendre la dignité à la rivière et enlever les traces d’incivilité.

Idées reçues !

« Embâcle, attention danger ! »

Dans certaines zones, là où le débordement d’une rivière ne causerait pas de dégâts, les embâcles peuvent volontairement être maintenus. Ils ralentissent les écoulements et forment un habitat pour la faune piscicole.
La nature joue bien son rôle !

 » Ils étaient pourtant beaux ces arbres ! »

Par endroit, la ripisylve a besoin d’un coup de pouce pour faire peau neuve. L’abattage d’arbres vieillissants, malades ou susceptibles de tomber, l’aide à rajeunir et à garantir la stabilité des berges.

Pour assurer leur bonne gestion, il est indispensable de bien connaître les milieux.

Les études menées en collaboration avec des bureaux d’études, sont un préalable indiscutable à tout projet. C’est la garantie pour être au plus près d’une réalité de terrain en constante évolution.

Des propriétés de l’eau à la forme et l’évolution du lit, les rivières du bassin sont regardées à la loupe par les scientifiques et ingénieurs sollicités. Ils étudient et analysent non seulement l’ensemble des domaines de « l’hydro » hydrologie, hydraulique, hydro-géomorphologie, mais identifient et observent également richesses, particularités et caractéristiques de la faune et de la flore

A connaître sans faute !

Sortez du placard !

Chez Menelik, les études ont constitué au fil des années une véritable collection. Et qui ne prend pas la poussière ! Elle sert à alimenter des ouvrages de vulgarisation, à enrichir les interventions à l’occasion de colloques ou d’enseignement et peut être consultée sur simple demande.

Connaissez-vous la vie impressionnante de l’anguille européenne ? En quelques mots, la voici : née dans la mer des Sargasses, la larve de l’anguille portée par le Gulf Stream, traverse l’Océan Atlantique pour rejoindre les côtes de toute l’Europe. Après avoir parcouru plus de 10 000km, la larve est devenue civelle. Mini anguille « super migratrice » ! Son but : coloniser les étangs et les cours d’eau pour se nourrir et croître. Des années après, devenue belle et grosse et soudainement prise de pulsions sexuelles, l’anguille va dévaler les cours d’eau et retraverser l’océan jusqu’en mer des Sargasses. Où l’attend son destin : se reproduire avant de mourir.

Depuis 2016, Menelik tient tête aux seuils et barrages qui fractionnent l’Arc, empêchant la libre circulation de ces poissons migratoires protégés.

Restaurer la continuité écologique est un défi de taille, désormais étendu à l’ensemble du territoire. Après étude,  l’aménagement de rampes de détournement ou destructions d’ouvrages obsolètes contribuent à protéger cette espèce préservée, capable de faire un aller/retour Amérique-Europe pour assurer sa descendance. Un tel exploit en vaut la peine !

Comme un poisson dans l ’eau